Le blog de C-Campus

Formation à distance : choisir le bon format

La formation à distance, dite “FAD” ou “FOAD”, a le vent en poupe. Mais il y a FAD et FAD.  On peut distinguer 4 grands formats. Chacun a ses avantages et ses limites. Revue de détail.

Les 4 principaux formats de la formation à distance

 

 

La continuité pédagogique

Nous reprenons cet intitulé de la terminologie de l’Education Nationale. Il s’agit tout simplement de réaliser une formation classique en présentiel à distance via un outil de classe virtuelle. Ce format plébiscité pendant la période de confinement due à la crise sanitaire du Covid-19 n’a pas vocation à perdurer du fait de ses limites pédagogiques et organisationnelles :
  • Avantages : simple à mettre en oeuvre, ne nécessite pas ou très peu de ré-ingénierie pédagogique, pertinent en période de moindre activité pour les apprenants.
  • Inconvénients : fatigue cognitive élevée pour les apprenants comme pour le formateur, nécessite un équipement de classe virtuelle irréprochable (possibilité de réaliser des sous-groupes, utilisation de plateforme interactive en complément), ne permet pas de saisir les opportunités d’un apprentissage distribuée (en plusieurs temps) car planification groupée comme pour le présentiel.

Le 100% à distance

La formation est réalisée intégralement à distance. Le formateur n’est jamais en présence des apprenants mais une partie de la formation est réalisée de façon synchrone via des classes virtuelles (généralement autour de 50% du temps total d’apprentissage). La formation s’étale sur une période courte de quelques jours à quelques semaines. La formation 100% à distance est la remplaçante du stage court en présentiel (moins de 4 à jours).
  • Avantage : apprentissage distribué permettant des aller-retour entre apports méthodologiques et mise en pratique, flexibilité dans l’organisation de la formation (les personnes ne sont plus mobilisées sur des durées de journées entières, mais seulement sur des périodes d’un quart ou d’une demie-journée), possibilité de personnalisation très forte de la formation grâce à l’utilisation de regroupement sous la forme de classes virtuelles en petits groupes (moins de 9, parfois 3 à 5 personnes), fort engagement des apprenants qui savent qu’en choisissant cette formule on attend d’eux un travail personnel significatif.
  • Inconvénient : la distance peut rendre difficile l’apprentissage de gestes professionnels et d’habiletés lorsque l’apprenant intervient dans des domaines à risque, nécessité d’un équipement performant et fiable (LMS, Classe virtuelle, plateforme interactive type Klaxoon…), profil d’apprenants ayant un bon niveau d’apprenance.

Blended learning

Formation mixant distanciel avec présentiel et AFEST. Généralement, ce type de formation se déroule sur une période plutôt longue (plusieurs semaines, voire mois) et se conclue par l’obtention d’une certification.
  • Avantage : possibilité de combiner le meilleur des trois pédagogies : la distance pour les apprentissages simples centrés sur les connaissances, le présentiel pour les changements de représentation et la compréhension des apports de connaissances complexes et l’AFEST pour la mise en pratique encadrée par un tuteur.
  • Inconvénient : sophistication du format pédagogique qui nécessite une ingénierie relativement sophistiquée, nécessité de mettre en place un accompagnement pédagogique important pour renforcer la motivation et l’engagement de l’apprenant tout au long du parcours.

“Netflix formation”

Formation sans aucun accompagnement ou limité à un accompagnement collectif (type forum comme sur les MOOCs). L’apprenant accède à des ressources digitales en libre accès. L’accès aux ressources peut être gratuit, financé par de la publicité, payant ou encore via une formule Freemium (par exemple : gratuit pour l’accès aux ressources, payant pour la certification).
Les offres ne manquent pas sur le marché : FUN MOOC , Udemy, Master class, Ted X… , Linkedin training.
Ces offres se sont multipliées au fil des années. Au début des années 2010, il s’agissait essentiellement d’offres de type MOOC. Aujourd’hui, l’offre est davantage granularisée. Chacun pouvant suivre le cours dont il a besoin quand il en a besoin. On parle de “Netflix formation” car, si les modèles économiques sont variés, l’essentiel de l’offre se concentre sur de l’abonnement avec des bibliothèques de plus en plus en riches, comme l’est Netflix dans le domaine du cinéma, des documentaires et des séries.
  • Avantage : flexibilité totale de la formation : plus de planification, 100% individualisé. Coûts très faibles de la formation grâce à l’effet volume.
  • Inconvénient : formation adaptée seulement à des publics très autonomes dans leur apprentissage cherchant à acquérir des connaissances simples et le plus souvent génériques (c’est-à-dire non contextualisées à leur environnement de travail, ex. fonctionnalités d’un logiciel courant sur le marché, apprentissage d’une langue, de gestes professionnels simples comme les tutos des distributeurs de matériel de bricolage…). Ce type de formation n’est pas reconnu comme une formation au sens réglementaire du terme et ne donne pas lieu à prise en charge, sauf exception.

La clé de la réussite d’une FAD : la qualité de l’alternance pédagogique

Mettons de côté les modèles de la “continuité pédagogique” et du “Netflix de la formation”. Dans le premier cas, il s’agissait d’une solution par défaut et dans le second d’un modèle de formation plus proche de l’édition pédagogique ou de l’information que réellement de la formation. Reste les deux modèles centraux : le 100% à distance et le blended learning. Et pour ces deux cas, le scénario pédagogique est relativement récurrent. On peut le schématiser de la façon suivante :

5 principes sont à respecter pour garantir une bonne efficacité pédagogique :

  • Partir d’un positionnement pour pouvoir personnaliser le parcours de formation en fonction du profil de l’apprenant.
  • Limiter l’auto formation amont (avant la première classe virtuelle ou l’atelier présentiel) car les apprenants ont besoin d’être mis en confiance et de se sentir impliqués dans le parcours de formation avant de pouvoir se motiver à apprendre seul.
  • Utiliser les classes virtuelles et les ateliers présentiels pour créer une dynamique de groupe. Mettez tout en oeuvre pour éviter “le syndrome webinaire” (le formateur qui fait son show !), privilégiez les techniques actives centrées sur les retours d’expériences, les échanges entre participants façon classe inversée.
  • Fixer des défis pour les intersessions. Entre les classes virtuelles ou les ateliers, profitez que les apprenants retournent dans leurs unités de travail pour leur faire tester ce qu’ils ont appris. Vous pouvez également les inviter à préparer par la consultation de modules de digital learning (auto formation) ou des travaux de réflexion en petit groupe (co-formation) la prochaine CV ou la prochaine journée d’atelier présentiel. Ou de la même façon leur faire approfondir leurs connaissances post atelier ou CV.
  • Evaluer tout au long du parcours. Outre le positionnement et l’évaluation finale, si le parcours s’étale sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, il est indispensable de créer des évaluations intermédiaires qui jalonnent le parcours et permet de remédier aux difficultés. D’où l’importance d’un E-tutorat de qualité pour ce type de parcours.

Cet article est issu de notre formation “Transformer une formation présentielle à distance”. Si vous souhaitez aller plus loin et passer à la mise en pratique, faites comme des dizaines de formateurs qui ont participé à cette formation depuis le début du confinement en vous inscrivant auprès de samiaouari@c-campus.fr. Vous pouvez consulter notre offre complète FAD  ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marc Dennery

Marc Dennery

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour recevoir chaque lundi l'article du Blog C-Campus !

Renseignez votre adresse mail ci-dessous