Le blog de C-Campus

La FEST s’invite chez les acteurs de la formation

Au moment où le COPANEF organise un grand événement réunissant l’ensemble des parties prenantes des expérimentations FEST – Formation en situation de travail,  nous faisons depuis deux ans le constat que la FEST impacte en profondeur l’éco-système de formation professionnelle. Nous avons désormais la conviction qu’elle va « s’inviter » au cœur même des missions des grands acteurs de la formation professionnelle.

Loin d’être une simple modalité pédagogique nouvellement reconnue par les pouvoirs publics, la FEST est en effet l’occasion de rompre avec le modèle « séparatiste », comme le qualifie Jean Marie Luttringer qui faisait foi et loi en matière de formation professionnelle depuis 1971. Travail et formation ne seront plus opposés. La FEST est reconnue aujourd’hui par tout le monde comme la suite logique (ou le préalable) à tout parcours de formation présentiel ou digital.

Examinons ce qu’il en est au niveau des principaux acteurs de la formation.

Organisme de formation : y aller… ou se faire doubler par la droite ?

Le modèle tout présentiel a vécu et il est délicat pour un organisme de formation d’investir le digital Learning sur mesure « from scratch » (coût d’entrée élevé, disruptions technologiques fréquentes, longue courbe d’expérience, ceci sans garantie de ROI…). La lumière est pourtant au bout du tunnel : La FEST est en effet une belle opportunité pour les organismes de formation de se ré-ouvrir des marchés en entreprises, moyennant quelques conditions :

  1. Revisiter leur modèle économique et leur promesse marketing (exit la formation catalogue, vive la formation multimodale flexible, intégrant bien sûr une bonne part de FEST)
  2. Mettre en œuvre assez rapidement une démarche d’industrialisation des AFEST (actions de formation en situation de travail) en lien avec la création de Learning Nuggets
  3. Professionnaliser leurs formateurs permanents et vacataires sur deux axes clés : les techniques pédagogiques spécifiques FEST et la traçabilité des AFEST
  4. Certifier des référents internes FEST eut égard aux nouvelles obligations de contrôle et de qualité… qui ne manqueront pas de se durcir !

A défaut, d’autres intervenants totalement externes au milieu de la formation et sans aucun a priori (constructeurs, équipementiers, SSII, cabinets de conseils, etc.) prendront la place et démarcheront les entreprises avec une proposition FEST articulée à leur offre de produits ou services !

Un boulevard pour les cabinets de niches et les experts ?

Les grands gagnants potentiels de la FEST seront peut-être les cabinets de niches et les meilleurs consultants et experts indépendants qui ont su développer des expertises métiers pointues. Au même titre que les intervenants externes au milieu de la formation, ils peuvent s’approprier eux aussi FEST. Nous sommes d’ailleurs déjà sollicités chez C-Campus par certains d’entre eux, qui ont bien compris l’opportunité d’acquérir la méthodologie FEST !

Les responsables et chefs de projet formation retrouvent leur vocation…

Dans un précédent article nous faisions le panorama des missions du RF s’articulant autour du concept de « Learning Partner ». Le moins qu’on puisse dire c’est qu’avec la mise en œuvre de la FEST, nos responsables et chefs de projets formation ont déjà de quoi s’occuper pendant plusieurs années et il va falloir prioriser :

  • Priorité 1 : proposer une démarche de professionnalisation FEST des formateurs terrains, tuteurs et référents internes. (Voir notre offre de parcours certifiant déjà déployée au sein d’une vingtaine d’entreprises clientes)
  • Priorité 2 : endosser leur tenue d’explorateur pour aller identifier/repérer sur le terrain les pratiques informelles existantes de « transmission au poste/ formation sur le tas » qui pourront devenir FESTives moyennant intention et encadrement pédagogiques
  •  Priorité 3 : outiller les équipes de formateurs et tuteurs pour délivrer et tracer facilement les actions de formation en situation de travail (AFEST)
  • Priorité 4 : ritualiser la FEST : mieux vaut 15 minutes de FEST tous les jours ou 1 heure par semaine, qu’une hypothétique «formation libératoire » tous les 6 ans
  •  Priorité 5 : animer des communautés AFEST : causeries, groupes d’échanges de pratiques, co-développement etc.
  •  Priorité 6 : créer des partenariats avec les organismes de formation et organismes certificateurs pour monter des parcours de formation certifiants où les AFEST permettent de valider des « blocs de compétences » selon un processus similaire à la VAE
  •  Priorité 7 : mettre en place une forme originale de reverse mentoring : les formateurs accompagnent pédagogiquement les experts internes – les experts internes transmettent leurs expertises métiers aux formateurs, qui y regagnent de la légitimité
  •  Priorité 8 : capitaliser les meilleures pratiques FEST pour donner corps au concept d’ organisations apprenantes.
  •  Priorité 9 : permettre aux managers réalisant les entretiens professionnels de leurs collaborateurs, de proposer à ces derniers des parcours AFEST ouvrant des perspectives de promotion interne, de mobilité, de développement de compétences supplémentaires etc.

OPCO : développer une offre de services autour de la FEST

N’oublions pas enfin un acteur clé de la FEST : l’opérateur de compétences (ex OPCA).
La loi assigne aux OPCO une nouvelle mission : promouvoir la FEST auprès des entreprises et salariés. Certains sont en réflexion, d’autres sont déjà en action et inventent, testent, expérimentent une offre de services FEST s’articulant autour de deux approches :

  • Une démarche de diagnostic/appui/conseil et de labellisation « entreprise FEST » à destination des TPE/PME : la fongibilité asymétrique devrait permettre en principe de financer ces actions.
  • Une proposition de professionnalisation de la formation interne intégrant la FEST. L’Afdas a ainsi déjà pris le train de la FEST en accompagnant des entreprises de différents secteurs dans sa mise en œuvre.

La FEST aura selon nous un impact important sur la formation professionnelle, plus que le CPF monétisé, par exemple. Certains acteurs de la formation sont déjà en train de construire des réponses FEST. Nous publierons dans les semaines qui viennent des interviews de certains d’entre eux…

Pour aller plus loin voir la vidéo sur l’expérimentation FEST conduite en partenariat AFDAS / C-Campus.

 

Vous avez apprécié cet article, abonnez-vous au blog ! 

S'inscrire au Blog de C-Campus