Le blog de C-Campus

Et si vous mettiez en place votre “signature pédagogique” ?

Vous connaissez probablement la “signature de service”, c’est ce qui définit le déroulement de l’expérience client dans une relation de service. Quand vous entrez chez Nespresso, passez une nuit dans un Novotel ou allez acheter une Audi, vous êtes accueilli de la même façon, ou presque, d’un magasin à l’autre, d’un hôtel à l’autre ou d’une concession à l’autre.

De la “signature de service” à la “signature pédagogique”

La signature pédagogique transpose le principe de la signature de service dans le monde de la formation. Sans ses excès, c’est-à-dire une prise en charge uniforme quel que soit le lieu et le profil du client. Elle se distingue également de la signature de service en ne jouant pas seulement sur les périphériques de l’expérience de la formation (l’accueil, les pauses, les espaces…) mais également, et surtout, sur le coeur de l’expérience apprenante à savoir : la relation pédagogique. C’est pour cette raison qu’on préfère la nommer “signature pédagogique” plutôt que “signature de service de prestation de formation”.

Qu’est-ce qu’une signature pédagogique ?

Une signature pédagogique, c’est une vision de la formation qui se traduit par des postures et s’incarne dans des moments de vérité, des techniques et des espaces et équipements.

Une vision de la formation

Il s’agit de convictions fortes sur la formation et l’apprentissage. L’entreprise ou l’organisme de formation prend position sur sa façon de faire apprendre. Elle peut parier sur le digital, sur la FEST ou sur l’hybridation des modalités. Elle peut privilégier l’expertise à la pédagogie ou l’inverse. Se concentrer sur la personnalisation ou plutôt sur les grands groupes. Privilégier la ludopédagogie et/ou la mise en pratique concrète…

Cette vision s’exprime généralement par une petite dizaine d’engagements forts. C’est la promesse pédagogique de l’organisme de formation ou de la direction formation.

Des postures partagées par les différents acteurs

C’est d’une certaine manière les droits et devoirs de chaque catégorie d’acteurs à l’égard de la formation. Ce sont aussi les attitudes et comportements à privilégier. On définit plus particulièrement les postures de l’apprenant, du formateur, du tuteur et évidemment du manager ou de ceux qui accompagnent l’apprenant. Mais cela peut aller jusqu’aux postures de la direction de l’organisme de formation ou du top management pour une fonction de formation d’une entreprise.

Des moments de vérités qui incarnent les engagements

Dans une signature de service, les “moments de vérités” désignent les étapes clés de l’expérience client, là où tout se joue dans la représentation que va se faire le client du service proposé. En faisant le parallèle, il existe également des moments de vérité dans une expérience apprenante : positionnement, prescription, lancement, accompagnement, temps forts du présentiel ou distanciel, suivi, évaluation finale… Tous ces moments sont à décrire avec leurs enjeux et leurs attendus. Il ne s’agit pas de tout figer comme cela a été trop souvent le cas dans des projets de déploiement de signature de service. Mais, il est important que des incontournables soient présents à chaque grande étape de l’expérience apprenante.

Des techniques pédagogiques qui concrétisent la signature pédagogique

Aujourd’hui, la diversité des techniques pédagogiques ne cesse de s’accroître. Il est important pour un organisme de formation ou une direction de formation de décider celles à privilégier en fonction du profil de ses apprenants et des connaissances à acquérir. Une pédagothèque de 10 à 12 techniques sont essentielles pour mobiliser les formateurs sur l’évolution de leurs pratiques pédagogiques. Les techniques pédagogiques sont le socle commun de la façon de se former. C’est le complément indispensable à la description des moments de vérité.

Des espaces et équipements pédagogiques

Les moments de vérités et les techniques pédagogiques ne sont mis en oeuvre que dans des espaces plus ou moins équipés. A quoi cela sert-il de promettre la digitalisation de la formation, si le WIFI ne fonctionne pas dans son centre de formation ? Inversement, pourquoi équipé toutes ses salles de tableaux interactifs si les formateurs continuent à les utiliser pour faire défiler des PowerPoint ? Moments de vérité, techniques, espaces et équipements doivent être cohérents et pensés selon une même et seule vision de la formation.

Quels bénéfices attendre d’une signature pédagogique ?

A partir des expériences de mise en oeuvre de signatures pédagogiques que nous menons avec différentes entreprises et organismes de formation, nous pouvons retenir trois bénéfices majeurs :

1) Une traduction concrète de la stratégie

La signature pédagogique s’inscrit dans la stratégie de la direction formation ou de l’organisme de formation. Elle donne du sens, du corps, à cette stratégie. Plutôt que de parler d’objectifs chiffrés (“50% des formations sont en digital Learning” ou “chaque collaborateur bénéficiera de 30 heures de formation”), elle explique concrètement comment la formation va être mise en oeuvre, comment les apprenants vont vivre leur apprentissage.

2) Un projet mobilisateur pour faire évoluer les pratiques

La signature pédagogique est un formidable outil pour faire évoluer les pratiques des concepteurs et formateurs. C’est rassurant, car elle dit où on va (la vision) et comment on y va (moments de vérités, techniques, espaces…). Elle définit d’une certaine manière un référentiel de bonnes pratiques pédagogiques et chaque formateur peut s’y référer. Elle est la base sur laquelle des programmes de montée en compétences des équipes pédagogiques peuvent être déployés.

La signature pédagogique présente également l’avantage de simultanément impliquer les apprenants, les managers voire les top managers et les clients (pour un organisme de formation). L’évolution des pratiques pédagogiques et par conséquent des façons d’apprendre devient l’affaire de tous.

3) Un outil marketing

Annoncer haut et fort sa signature pédagogique, c’est envoyer un signal au marché (pour les organismes de formation) ou à son organisation (pour les directions formation). C’est dire ce que vous voulez être et faire savoir que vous mettez tout en oeuvre pour le devenir. Une signature pédagogique, c’est une façon de se distinguer, de se faire entendre.

Comment bâtir sa signature pédagogique ?

La signature pédagogique ne doit pas être un modèle plaqué sur votre culture pédagogique. Elle doit partir de ce que vous êtes, vous permettre de vous ouvrir sur les innovations et être largement partagée. Généralement, quand nous menons la mise en place de projets de signature pédagogique nous travaillons en quatre temps :

1) Partir de l’existant

Nous analysons les pratiques pédagogiques à travers des immersions, interviews et Focus Group, pour comprendre les atouts et les résistances et identifier le ou les modèles pédagogiques les mieux adaptés au contexte.

2) Bâtir avec les équipes

La vision, les postures, les moments de vérités et les techniques sont à définir de façon collaborative avec tous les acteurs (formateurs, responsables pédagogiques mais aussi client, apprenants…). Des ateliers pédagogiques de tous types de taille peuvent être organisés. Du petit groupe  de travail au barcamp à près d’une centaine de personnes !

Evidemment, ce travail partant des équipes est à compléter par des innovations externes. Benchmarks, apports extérieurs sont l’occasion de faire évoluer ses pratiques pédagogiques. Une signature pédagogique, c’est beaucoup d’interne maillé avec des innovations externes.

3) Formaliser  la signature pédagogique et la diffuser

Il s’agit de rassembler l’ensemble des éléments de la signature pédagogique dans un document (“print” ou “site web”) qui pourra être utilisé ensuite comme moyen de communication. Toute forme de communication peut être utilisée : du kakémono ou des simples porte-noms jusqu’au guide méthodologique pouvant être utilisé comme support des formations des nouveaux formateurs, sans oublier le 4 pages explicatifs à remettre aux clients.

4) Déployer et faire vivre la signature pédagogique

Une fois la signature pédagogique validée (il faut environ 3 mois), reste à la diffuser le plus largement possible. Cela passe par des réunions d’information, de la formation, de l’accompagnement… Bref, toute modalité de mise en oeuvre d’une démarche de changement. Ce déploiement prend plusieurs mois. Une fois le premier déploiement passé, il faut faire vivre la démarche en faisant les premiers retours d’expérience et en proposant des évolutions. Un projet de signature pédagogique est à mettre en oeuvre dans la durée, a minima selon une logique triennale.

Si vous souhaitez en savoir plus ou être accompagné dans la mise en oeuvre de votre signature pédagogique, n’hésitez pas à nous contacter info@c-campus.fr

 

Marc Dennery

Marc Dennery

Vous avez apprécié cet article, abonnez-vous au blog ! 

S'inscrire au Blog de C-Campus