Le blog de C-Campus

Les 7 missions du formateur de demain

innovation_pedagogique_2Le formateur de l’ère digitale n’aura plus (n’a plus déjà ?) à transmettre son savoir. L’information est embarquée dans des bases de ressources pédagogiques et bientôt accessibles sur les Google glass de l’apprenant. Alors à quoi servira demain (aujourd’hui ?) un formateur ? Ne nous inquiétons pas, il lui reste(ra) encore 7 missions essentielles.

Mission 1 : aider au positionnement

Avant de se lancer dans son apprentissage, l’apprenant doit savoir d’où il part, quels sont ses besoins en compétences. Il ne peut pas le deviner tout seul, car il est le plus souvent inconscient de son incompétence. La mission première du formateur est donc de lui faire prendre conscience de ses lacunes ou pistes de progrès, de lui ouvrir la voie vers le savoir, de l’orienter vers les compétences clés à acquérir.

Il existe des outils à mettre à disposition de l’apprenant : référentiel de compétences, entretien de co-positionnement, séance de feed back…

Mission 2 : définir les objectifs avec l’apprenant

Une fois la prise de conscience du besoin réalisée, l’apprenant doit se fixer des objectifs d’apprentissage précis et mobilisateurs. Ce travail de définition nécessite un certain savoir-faire. Il n’est pas donné à tous les apprenants de le maîtriser. Le regard extérieur du formateur peut être une aide pertinente. La fixation d’objectifs d’apprentissage à la fois ambitieux et réaliste est d’autant plus important à l’ère de la formation par internet que l’encadrement est plus distant. Dans une formation classique en présentiel, l’apprenant suit le cheminement pédagogique imposé par son formateur. Dans un apprentissage auto-dirigé, il lui revient de tracer son parcours d’apprentissage en se fixant des jalons précis et pertinents.

Mission 3 : flécher vers les ressources pédagogiques pertinentes

L’enjeu du formateur d’aujourd’hui (ou de demain) n’est plus de formaliser ses connaissances, mais davantage de flécher vers les ressources pédagogiques pertinentes. A l’ère de l’infobésité, la valuer ajoutée créée par le formateur est d’orienter l’apprenant vers les ressources réellement intéressantes pour chacun de ses apprenants. A quoi cela sert-il de rédiger les meilleurs diaporamas quand il suffit d’aller sur Slideshare ou Youtube pour avoir une profusion de contenu ? Mais reconnaissons que ce contenu est de qualité inégale et difficile à trouver rapidement pour un apprenant. Le rôle du formateur est donc bien de l’aider à trouver les pépites de savoir qui lui permettront de développer ses compétences.

Mission 4 : conseiller dans le choix des activités apprenantes

Apprendre à faire ne se limite pas à consulter des posts ou des vidéos sur le web. Il faut aussi passer à la pratique et mettre en oeuvre pour apprendre. Toutes les activités ne se valent pas. Observer un sachant réaliser la tâche, faire avec un collègue, tester seul, tirer les leçons d’un incident, partager son expérience avec des collègues, se fixer un nouveau défi…. à chaque contexte, profil et objectif d’apprentissage correspond une activité à privilégier. Le rôle du formateur est d’aider l’apprenant à choisir la bonne activité et parfois même à savoir la mener à bien. Partager son expérience, n’est pas une discussion de café du commerce ou réaliser une mission apprenante n’est pas seulement faire la mission que l’on nous a fixé…

Mission 5 : aider à planifier l’apprentissage

Il faut savoir s’organiser pour apprendre efficacement. Choisir ses espaces temps d’apprentissage en fonction de ses rythmes chrono biologiques est essentiel. Savoir se rendre disponible et se ménager des plages d’apprentisssage dans sa journée, sa semaine ou son mois sont également indispensables. Une personne extérieure, tel que le formateur, peut aider l’apprenant à la fois à choisir ses meilleurs moments d’apprentissage et à les respecter.

Mission 6 : entretenir la motivation

Apprendre nécessite souvent des efforts. Se motiver est indispensable pour y parvenir. Avoir un formateur qui vous accompagne, vous lance des défis, vous remotive quand vous perdez pieds, vous rassure… est un soutien nécessaire pour un apprenant.

Mission 7 : faire bénéficier de feed back

Pour progresser nous avons besoin de feed back. Savoir si ce que l’on fait est bien ou si l’on est sur la bonne voie sont des retours absolument nécessaires. Qui mieux que le formateur peut porter des appréciations et amener l’apprenant à s’auto évaluer ? C’est déjà l’une de ses missions essentielles en formation présentielle, ce sera une mission majeure demain dans une formation individualisée et digitalisée.

 

Marc Dennery

Marc Dennery

Vous avez apprécié cet article, abonnez-vous au blog ! 

S'inscrire au Blog de C-Campus