Le blog de C-Campus

Avantages et inconvénients des différents espace-temps de formation #1

L’espace-temps formation ou ETF est la façon d’organiser, à la fois dans le temps et dans l’espace, les apprentissages. Longtemps l’ETF quasi unique fut le stage. Avec la digitalisation et le développement de la formation en situation de travail, les ETF se diversifient. Nous faisons le point cette semaine sur les avantages et inconvénients de ces différents ETF, en commençant par les ETF “formels”, c’est-à-dire généralement planifiés par un service formation.

Nous traiterons dans un prochain post des ETF “informels”, ceux mis en oeuvre dans le cadre d’apprentissages en situation de travail.

E-Learning, MOOC, FEST… et la question du temps en formation – cliquez ici.

1) La formation hors mur de courte durée

C’est le classique stage de formation de un à quelques jours réalisé en dehors de l’établissement où travaillent les apprenants. Ses avantages sont bien connus : temps bien délimité, échanges avec les pairs, prise de recul grâce au fait d’être sorti du cadre du travail, etc. Ses inconvénients sont nombreux : coût d’organisation, coût de gestion et de planification, disponibilité des participants et absentéisme…

2) La formation hors mur de longue durée

C’est la formation temps plein de plusieurs semaines voire mois. L’avantage est de permettre une véritable coupure et de créer une dynamique de groupe très intense (parfois trop intense !). L’inconvénient principal est évidemment la difficulté d’organisation. Comment se séparer de collaborateurs plusieurs semaines ? L’autre inconvénient est de limiter les effets de l’alternance entre acquisitions et mises en pratique. La formation est quelque peu déconnectée de la réalité. C’est une formation “hors sol” !

3) la formation dans les murs de courte durée

Proche de la “formation hors mur de courte durée”, elle s’en distingue en étant réalisée sur le site de travail de l’apprenant, dans une salle de réunion ou de formation dédiée. Ses inconvénients sont bien connus des formateurs : dérangement des stagiaires qui peuvent être sollicités à tout moment par leurs collègues, équipement pédagogique pas toujours à la hauteur… Ses avantages sont bien réels : réduction des coûts de réceptif et de déplacement, confort pour les stagiaires qui n’ont plus à se déplacer, possibilité d’utiliser le site pour des exercices et travaux pratiques.

4) La convention ou le séminaire d’une journée

Ce type d’événement pédagogique revient aujourd’hui à la mode. La raison en est simple : à l’ère digitale, il permet de recréer du lien, de la communion entre les participants. Se voir, échanger, vivre un moment fort ensemble à 40, 50 voire plus de 100 personnes est indispensable pour provoquer des changements de représentation et les ancrer (force de la charge émotionnelle). Grâce au digital, ces conventions et séminaires peuvent être interactifs (ex. Klaxoon) et multi environnement (ex. classes virtuelles). L’inconvénient de ce type d’ETF reste évidemment la complexité et les coûts d’organisation.

5) Séminaire résidentiel

Le séminaire résidentiel présente à peu près les mêmes avantages que la convention. Il permet de vivre des moments encore plus forts lorsqu’il dure plusieurs jours. Pauses sportives, diner-débat avec les dirigeants de l’entreprise, travaux de groupes en soirée… favorisent les échanges et les dynamiques de réseau professionnels. Très en vogue dans les années 1980 / 1990, la crise a été fatale à ce type d’ETF. Il n’en reste pas moins que le tout digital ne les remplacera jamais.

6) Webinar et classe virtuelle

Les webinar et classes virtuelles ont le vent en poupe. Ils devraient s’imposer dans les années à venir comme l’ETF de référence. Ils permettent de conserver le contact avec les participants tout en réduisant sensiblement les coûts de formation. Ils offrent la possibilité de créer des rituels de formation : par exemple, un webinar tous les premiers jeudis du mois, et d’optimiser les temps de travail : par exemple, des classes virtuelles programmées avant 11h00 en magasins ou agences quand l’afflux client est moins important.

Ils présentent toutefois de réelles limites à la fois pédagogiques et organisationnelles. La dynamique de groupe est quasi inéxistante comparée au présentiel. Les pédagogies actives sont plus difficiles à mettre en oeuvre. La gestion du temps du formateur est aussi fortement impactée. Difficile de réaliser plus de 3 ou 4 séquences d’une heure / une heure trente dans une journée. Sa productivité s’en ressent.

10 conseils pour animer une classe virtuelle – cliquez ici.

Dans un prochain post, nous traiterons des 6 autres ETF : 7) le poste de travail, 8) le poste de télétravail, 9) les tiers lieux de formation, 10) les pauses apprenantes, 11) les réunions d’équipe, 12) les training corner.

 

Marc Dennery

Marc Dennery

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour recevoir chaque lundi l'article du Blog C-Campus !

Renseignez votre adresse mail ci-dessous