Le blog de C-Campus

AFEST : c’est bien parti !

Chez C-Campus, nous pensons que la formation en situation de travail va constituer un puissant vecteur de transformation des pratiques de formation en entreprises.
Nous ne sommes pas les seuls : le système de formation professionnelle s’adapte et commence à se mettre en marche sur les AFEST !

Après une phase expérimentale assez conséquente de plus de deux ans (pour télécharger le rapport, c’est ici) et de timides débuts dans les entreprises et Opca les plus innovants (ici l’Afdas et 9 entreprises) , puis sa reconnaissance officielle, l’AFEST (action de formation en situation de travail) est depuis quelques mois LE sujet à la mode dans le Landerneau de la formation professionnelle.
Tout le monde en parle mais il n’y a pas que des discours : depuis la parution du décret encadrant les AFEST (qui permet un modèle hybride : c’est ici) certains acteurs du système de formation professionnelle se mettent en marche FESTive.

Décryptons les premières actions concrètes.

Régions : mobiliser l’innovation pédagogique (FOAD, AFEST…) pour favoriser l’insertion et l’employabilité des publics éloignés de l’emploi ?

Certaines régions, dans le cadre des PIC /Pactes régionaux sont friandes de propositions intégrant les modalités telles que la FEST et le Digital Learning.
En s’inspirant des bonnes pratiques dans des pays comparables ou des avancées récentes dans les sciences de l’éducation et en promouvant l’innovation en formation, ces régions vont-elles parvenir à compléter, selon le principe de subsidiarité, notre sacro saint « modèle jacobin de gouvernance » dans les politiques publiques de formation et permettre aux publics éloignés de l’emploi de se qualifier aussi par le travail (principe même des AFEST) ?

OPCO : Une démarche conseil et des offres de services AFEST  !

Crées officiellement le 1er avril 2019, les OPCO ont notamment comme mission de promouvoir les AFEST dans le plan de développement des compétences, en particulier auprès des PME/TPE.
Les OPCO avancent et… apprennent vite :
– Plusieurs OPCO forment leurs conseillers formation à la promotion des AFEST (C-Campus accompagne à ce sujet les conseillers de différents OPCO dès ce printemps)
– Certains OPCO conseillent déjà les entreprises via une aide au diagnostic ou une étude de faisabilité amont des AFEST
– D’autres OPCO testent et peaufinent leur offre de services AFEST aux entreprises
– Les OPCO commencent également à référencer des cabinets et OF « architectes » qui vont porter l’appui conseil AFEST dans les PME/TPE
– Ils organisent aussi des ateliers inter entreprises afin d’aider les responsables RH/formation à élaborer leurs feuilles de route AFEST
– Ils régénèrent, pour le compte des branches professionnelles, des  parcours qualifiants (CQP…) intégrant les AFEST
Bref les OPCO prennent à bras le corps le sujet !

Cabinets & Organismes de formation : accompagner les entreprises dans la construction d’AFEST et investir dans la professionnalisation AFEST de leurs intervenants ?

Certains organismes de formation voient les AFEST comme une menace. D’autres au contraire, comme nos partenaires AFC, ELEGIA, IGS, IFPA etc., y voient une formidable opportunité d’innover, de réinvestir et se réinventer pour s’affirmer vis à vis de leurs clients comme des « entreprises du développement des compétences » (pour reprendre le mot de Francis Dumasdelage, Administrateur national et président de la FFP en Nouvelle Aquitaine et dirigeant d’AFC, particulièrement investi dans les AFEST).
AFC déploie ainsi prochainement une démarche d’appui-conseil AFEST pour Opcommerce (avec la méthodologie AFEST et les outils de C-Campus) dans 10 entreprises de Nouvelle Aquitaine.

“Nos entreprises, les organismes de formation, doivent devenir des spécialistes du développement des compétences. Cela passe notamment par une coopération entre nos formateurs certifiés AFEST et les responsables opérationnels de nos entreprises clientes – Francis Dumasdelage FFP”

Formateurs : adopter d’autres postures et s’inviter dans les situations de travail de leurs apprenants ?

Des universités d’entreprises ou écoles internes, comme celle de Orange sur les métiers techniques et certains consultants formateurs indépendants utilisent l’AFEST pour évoluer dans leur posture, travailler différemment avec leurs apprenants : en utilisant les situations de travail comme matériau pédagogique.
L’introduction de la modalité AFEST pose la question de l’évolution du rôle de formateur. Au regard de nos expériences et des formateurs que nous accompagnons, 4 postures AFEST commencent à se dessiner :

1. Formateur – tuteur : après une phase de transmission/ évaluation de connaissances, le formateur accompagne, conseille, guide ses apprenants en situation de travail afin de favoriser le « transfert d’expérience »

2. Formateur – accompagnateur : ici le formateur accompagne ses apprenants sur des principes proches de ceux du coaching sportif. Il ne s’agit pas seulement de dire aux apprenants ce qu’ils doivent faire mais aussi de les amener à faire (volontairement) ce qu’ils sont sensés faire.

3. Formateur – médiateur : la mission du formateur AFEST consiste à mobiliser autour des apprenants un réseau de « sachants » : pairs, experts, etc., charge à l’apprenant de les solliciter durant son parcours.

4. Formateur – mentor : le formateur est surtout centré sur l’accompagnement à la pratique réflexive de ses apprenants (qu’elle soit individuelle ou collective)

Découvrez notre cycle certifiant “Accompagnateur des apprentissages et de la formation en situation de travail” enregistré au répertoire spécifique (ex-inventaire) en cliquant ici.

Start up / innovateurs : capturer des AFEST, les diffuser et enrichir (réalité augmentée etc.) pour en faire le support d’autres AFEST ?

L’AFEST ré-interroge le knowledge management, c’est à dire la question de la capitalisation et de la transmission des connaissances (savoirs, best practices, nouvelles compétences etc.).
Il ne s’agit plus tellement de « gérer la connaissance » de manière organisée et centralisée mais au contraire de permettre aux détenteurs (au sens large) de la formaliser et diffuser (dès lors qu’elle est évaluée comme fiable et efficiente) de manière virale.

Des start-up du digital, comme Prosapiens, proposent à cet égard des solutions autour des « gestes métiers » (https://prosapiens.fr/#a-propos)

D’autres, comme notre partenaire Training Angel , proposent de transformer les AFEST en futurs matériaux pédagogiques, en les combinant avec des solutions digitales, par exemple, celles de la réalité virtuelle 360VR, mais aussi en traces de la réflexivité. Le blog de Training Angel 

Les entreprises de taille significative et les grands groupes commencent à se saisir des opportunités AFEST pour réinventer leur manière de former leurs équipes.

Dans la logique de la loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel, les entreprises comprennent qu’il s’agit aussi de rendre les collaborateurs davantage « acteurs » de leur destinée professionnelle et les AFEST peuvent y contribuer, y compris sur les publics de bas niveaux de qualification (assez peu appétents aux formats classiques de formation).
Tout ceci n’a de sens qu’à deux conditions :

  1. Les acteurs internes de la formation (formateurs internes, accompagnateurs, tuteurs, etc.) sont professionnalisés et outillés sur les AFEST. AFEST mode d’emploi – téléchargez notre guide pratique
  2. L’apprenance des salariés est encouragée : comment ? Cliquer ici pour le savoir  

Les Directeurs et responsables du développement des compétences “post réforme” ont à cet égard une carte à jouer : avec les AFEST, ils ont l’opportunité de se légitimer dans au moins 3 registres :

  • Business Learning Partner : les AFEST recréent de manière évidente le lien entre compétence d’une part et performance/efficience, d’autre part
  • Animateur de communautés d’apprentissages : les AFEST conduisent les opérationnels à inventer des rituels collectifs d’apprentissages…si on les y encourage et si on les valorise
  • Infuseur de solutions formatives agiles : L’AFEST peut être une solution formation « juste assez, juste à temps, au plus près des besoins, » notamment lorsque l’offre classique de formation ne suffit plus : c’est particulièrement le cas, combinée au Digital Learning, dans les entreprises de réseaux ou dans la galaxie des « travailleurs nomades ».

Quelques mois seulement après la loi du 5 septembre 2018, il est rassurant de constater que les acteurs de la formation professionnelle commencent à s’emparer de l’opportunité que représente l’AFEST.

Bien sûr il reste un long chemin à parcourir et des questions se posent encore, en particulier, sur la traçabilité et la valorisation des actions.
Mais tout est réuni aujourd’hui pour a minima tester l’AFEST  !

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour recevoir chaque lundi l'article du Blog C-Campus !

Renseignez votre adresse mail ci-dessous