Le blog de C-Campus

Le point sur la FEST #2 – Les 5 parties prenantes de la Formation en situation de travail

Après avoir dressé un état des lieux sur la FEST dans un post précédent, nous abordons cette semaine la question de ses parties prenantes. Le déploiement en entreprise de politique de Formation en Situation de Travail suppose d’en identifier les acteurs principaux. Qui sont-ils ? Quels sont leurs rôles respectifs ? Comment les mobiliser afin d’obtenir les résultats attendus ?

1) Un management réellement impliqué

Contrairement à la formation classique (en salle par exemple), la hiérarchie ne peut pas se contenter en mode FEST, d’une expression de besoins et d’une évaluation à froid des acquis. Les apprentissages se faisant essentiellement en travaillant, le management doit, entre autres, aménager l’organisation et le travail du / des apprenant(s) pour permettre les apprentissages en situation de travail. Il doit également rendre tolérables certaines erreurs (à vertu pédagogique par exemple) et encourager l’essai et l’expérimentation, riches d’enseignements et de découvertes.

Pour aller plus loin… « Comment impliquer les managers dans la formation » – cliquez ici.

2) Des apprenants acteurs et co-producteurs de leur formation

un stagiaire en formation présentielle ou un « participant » à un parcours digital learning peut adopter une posture de « consommateur » ou de « bénéficiaire » de formation. En revanche l’apprenant engagé dans un parcours FEST est à la fois co-acteur, co-auteur et co-producteur de ses propres savoirs. Il sera donc difficile de former en FEST quelqu’un qui n’est pas motivé ou pour le dire autrement, quelqu’un qui n’a pas un enjeu direct ou un bénéfice personnel à en retirer : être intégré, réussir sa période d’essai, réussir sa mobilité interne, prendre de nouvelles responsabilités opérationnelles, s’adapter à l’évolution de son poste de travail etc.

Le niveau d’apprenance ainsi que le style d’apprentissage de chacun des participants à un parcours FEST sont impérativement à prendre en compte au démarrage des parcours. Lorsque ce niveau est peu élevé, une formation préalable du type « booster ses apprentissages » peut être un pré-requis.

Pour aller plus loin… « Concept & principe pédagogique #7 – L’apprenance » – cliquez ici.

3) Le référent FEST ou le nouveau formateur ?

L’organisation et le suivi d’un parcours FEST nécessitent une personne clé, le référent FEST qui va jouer deux rôles :
– co-produire et adapter le parcours FEST du / des apprenant(s)
– piloter et être garant de l’avancement du parcours de formation et de la validation des acquis.
Si ce n’est pas le manager direct du / des apprenant(s) (il peut y avoir d’ailleurs certains biais à confier ce rôle à un manager qui n’a pas de posture ou de compétences pédagogiques), ce peut être un collaborateur reconnu qui a envie de transmettre et d’accompagner un / des collègue(s) dans leur formation sur le terrain et qui est outillé et formé à ce rôle.

Ce rôle de référent peut être confié à un organisme de formation externe. Demain, les formateurs en salle des organismes de formation pourraient d’ailleurs évoluer, pour une bonne part d’entre eux, vers ce rôle de référents ou formateurs FEST.

Pour aller plus loin… « Les 7 missions du formateur de demain » – cliquez ici.

4) Les détenteurs de savoirs : mettre de la pédagogie dans son expertise

il peut s’agir d’abord des « tuteurs accompagnant les apprenants sur certaines situations professionnelles particulières. Dans les entreprises soumises à des contraintes de qualité, de méthodes ou de sécurité, on peut aussi faire appel à des experts internes qui, en relation avec le référent FEST, formalisent les savoirs clés et les rendent ainsi transmissibles.

Les tuteurs aussi bien que les experts ont le défi de la pédagogie à relever. Il leur revient non seulement d’expliciter et capitaliser leurs pratiques pour favoriser le transfert d’expérience, mais également de faire preuve d’exemplarité pour renforcer les processus de « modelage ».

Pour aller plus loin… « Concept & principe pédagogique #6 – le modelage » – cliquez ici.

5) La fonction RH/formation : une opportunité pour proposer une autre contribution à la valeur ajoutée de l’entreprise

Les équipes RH/Formation peuvent enfin outiller, professionnaliser, former à leurs rôles pédagogiques les référents, tuteurs ou experts internes ainsi que l’apprenant lui-même, dans sa capacité à « apprendre à apprendre ». Ils sont à la fois la « fonction support » et l’animateur de la communauté FEST. De leur niveau d’implication dépendent la vitesse de déploiement et l’étendu de la diffusion de ces nouvelles pratiques FEST.

La FEST représente donc pour la fonction RH/Formation une façon concrète de ré-inventer la direction ou le service formation, de proposer une nouvelle contribution à la création de valeur de l’entreprise, au moment où le digital et les nouveaux modes d’organisation associés remettent tout en cause.

Pour aller plus loin… « A quoi sert une direction formation aujourd’hui ? » – cliquez ici.