Le blog de C-Campus

Créer son école interne de formation

Avec la fin de l’obligation fiscale en formation, les entreprises remettent à l’honneur les écoles internes à la fois plus économiques et plus efficaces pédagogiquement que les formations externes. Voici les 9 points clés que nous avons retenus à partir de notre expérience de création d’écoles internes de formation.

1) Clarifier son intention

Que voulez-vous faire de votre école interne ? Attirer et fidéliser les meilleurs ? Vous opterez pour une université d’entreprise avec murs. Renforcer votre marque employeur ? Vous privilégierez une stratégie de Campus virtuel basé sur des MOOC ou COOC. Développer vos compétences stratégiques ? Vous devrez créer une école ou des écoles des métiers. Etc.

Les objectifs poursuivis par une école interne sont multiples. Et trop souvent qui trop embrasse mal étreint. Votre premier objectif est de bien clarifier vos intentions.

Astuce : prenez deux feuilles A4 ou A3. Sur la première écrivez ou encore mieux dessinez votre école de vos rêves et sur la deuxième écrivez ou dessinez ce qu’elle ne doit surtout pas faire. Puis partagez cette validation avec les parties prenantes de la formation.

2) Partir d’une approche GPEC agile et des référentiels de compétences « maison »

Une école interne de formation, ce n’est pas une compil’ des meilleurs programmes de formation ou des dernières technopédagogies qui font « Waouh ! ». C’est une offre de formation alignée sur les enjeux stratégiques de l’entreprise et ses « core competencies » comme disent nos cousins d’outre-manche.

Chaque offre de formation doit être exprimée en compétences clés et ces compétences sont à relier aux référentiels métiers / activités existants. Cela doit être fait de façon agile sans chercher l’exhaustivité, en travaillant sur les métiers clés, ceux reconnus au coeur du business.

Astuce : si votre entreprise a déployé une démarche GPEC, repartez des référentiels qui en sont issus. Si ce n’est pas le cas, repartez de l’offre de formation existante qui le plus souvent a été produite, de façon plus ou consciente, en lien avec les compétences clés de l’entreprise.

3) Penser certification et bloc de compétences

Une fois les compétences clés identifiés, il reste à les rapprocher des certifications existantes. La question de la certification est aujourd’hui essentielle pour une école interne. Sans certif’, pas de co-financement !

Tout l’art est de travailler sur des blocs de compétences, c’est-à-dire des éléments de certification afin de ne pas alourdir l’offre de formation et d’engager des dynamiques de gestion de carrière à moyen / long terme.

Pour aller plus loin… sur les certifications – cliquez ici.

4) Passer du stage au parcours multimodal personnalisé

Créer une école interne, c’est aujourd’hui l’occasion de rénover son offre de formation. Nous l’avons annoncé, il y a déjà de nombreuses années, le stage ne peut plus être la réponse unique. La multimodalité combinant présentiel, formation à distance et formation en situation de travail est dans la plupart des contextes pédagogiques la réponse la plus efficace. Tout un travail de ré-ingénierie pédagogique est à engager.

Pour aller plus loin… sur la multimodalité ou le blended Learning – cliquez ici ou consultez notre article sur la question dans le « Grand livre de la formation » aux éditions Dunod.

5) Digitaliser les contenus en impliquant les experts « maison »

La multimodalité nécessite la digitalisation des contenus. Quand une entreprise décide de lancer une école interne, elle ne peut plus faire du « e-learning à la papa », un module par-ci, un module par-là. Elle passe à l’industrialisation de la digitalisation des contenus et doit faire appel pour cela à ses experts. Elle est amenée à les outiller (certaines entreprises comme Bouygues Immobilier créent de véritables studio de prod) et les accompagner dans l’écriture textuelle, vidéo ou interactive.

Pour aller plus loin… sur l’industrialisation de la digitalisation – cliquez ici.

6) Adapter ses besoins de plateforme de formation à son contexte

Tous les contenus digitaux réalisés par vos experts sont à porter et diffuser sur ce que l’on appelle des plateformes LMS (Learning Management System). Dans ce domaine, tout a déjà été écrit et le choix reste souvent cornélien. Notre boussole est de se fier à la solution la mieux adaptée au besoin du moment. Nul besoin de chercher LA meilleure solution du moment, elle sera dépassée dans trois mois.

Astuce : si la création de votre école interne est concomitante du changement de votre SI RH, privilégiée une solution tout en un qui vous permettra de gérer à la fois les entretiens annuels, l’évaluation des compétences et l’offre de formation. Vous n’aurez pas besoin d’un LMS mais simplement d’une plateforme de gestion des talents intégrée.

Pour aller plus loin… sur le choix de sa LMS – cliquez ici.

7) Structurer un triple réseau de formateurs / formateurs terrain et tuteurs

Les parcours de votre école interne vont être mis en oeuvre par des formateurs le plus souvent internes mais également externes. Vous aurez besoin de trois profils de « formateurs » : les formateurs « classiques » présentiels, les référents FEST ou formation en situation de travail et bien entendu les tuteurs.

Ces trois profils sont à sélectionner, former, habiliter, accompagner et reconnaître. Bref, ils sont à animer dans une logique de réseau.

Pour aller plus loin… sur la structuration d’un réseau de formateurs et tuteurs – cliquez ici.

8) Créer son centre de formation et/ou bâtir des partenariats solides

Concernant la gestion de l’école de formation interne, vous êtes face à une alternative. Soit vous faîtes seul, soit vous déléguez. Faire seul nécessite de créer un organisme de formation, de se faire référencer par son OPCA en passant par le data-dock, d’embaucher des équipes pédagogiques mais également de gestion, de gérer les locaux, et parfois même de déposer votre propre certification ou d’être agréé pour administrer un titre. Une fois, tout cela mis en oeuvre, vous pourrez gérer, comme bon vous semble, votre école.

Mais vous pouvez également déléguer. Déléguer reste beaucoup plus agile. Cependant, vous ne pourrez pas optimiser vos coûts et serez tributaires de vos partenaires. C’est pourquoi, il est indispensable de créer des partenariats solides sur le long terme avec des écoles ou des organismes de formation qui sauront vous accompagner dans la durée.

Pour aller plus loin… sur le référencement – cliquez ici.

9) Impliquer son OPCA en amont de sa réflexion

Tout ce que vous avez imaginé dans les points précédents ne va être possible que si vous avez le budget pour le faire. C’est comme pour l’achat d’une maison, à un moment, il faut aller voir son banquier. Et plus tôt vous allez le voir, plus il sera en capacité de vous conseiller. Dans le domaine de la formation, le banquier, c’est l’OPCA. Mais un banquier très particulier qui non seulement peut vous financer en partie votre projet mais peut également vous conseiller sur le choix de votre « maison ». Aujourd’hui les OPCA se dotent de conseillers en formation et en ingénierie qui peuvent vous apporter bien plus qu’un simple financement. C’est pourquoi, vous avez intérêt à vous adresser à eux le plus tôt possible.

Pour aller plus loin… sur le nouveau rôle des OPCA – cliquez ici.

Marc Dennery

Marc Dennery

S'inscrire au Blog de C-campus